30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 08:38

 

 

Le nom de cette sourate provient du mot as-sâffât par lequel elle débute.

Période de Révélation

Le thème et le style employés montrent que cette sourate fut probablement révélée au milieu de la période mecquoise ou peut-être à la fin de cette période. Le style indique clairement que la situation était très conflictuelle. L’opposition au Prophète — paix et bénédictions sur lui — était au plus fort. Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — et ses compagnons traversaient des moments véritablement difficiles et décourageants.

Thème

Les mécréants mecquois furent sévèrement avertis pour leur attitude de moquerie et de mépris à l’égard du message prophétique prêchant le Monothéisme et la résurrection et pour leur refus total d’accepter et de reconnaître la mission prophétique. Par la suite, ils ont été clairement avertis que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dont ils se moquaient et ridiculisaient les propos les dominerait malgré leur puissance et leur richesse et qu’ils trouveraient l’Armée d’Allah campant dans les cours mêmes de leurs maisons (versets 171 à 179). Cet avertissement fut lancé à un moment où n’apparaissait aucune chance de succès ni de triomphe du Prophète — paix et bénédictions sur lui.

Les Musulmans, qualifiés dans ces versets de soldats de Dieu, étaient la cible de sévères persécutions. Les trois quarts avaient déjà émigré et à peine quarante à cinquante Compagnons étaient restés avec le Prophète — paix et bénédictions sur lui — à la Mecque où ils supportaient, totalement impuissants, toutes sortes d’humiliations. Dans ces circonstances, et au vu de telles conditions, nul ne pouvait imaginer que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — et la poignée de Compagnons fort mal équipés, parviendraient finalement à la victoire.

Les gens pensaient plutôt que ce nouveau mouvement s’éteindrait rapidement et finirait par être enterré au fin fond des ravins de la Mecque. Mais à peine quinze à seize ans s’étaient écoulés, que l’avertissement fut réalisé avec la Conquête de la Mecque. En plus de ces mises en garde, Allâh donna également dans cette sourate toutes leur place aux thèmes de l’incitation à la foi et de l’instruction à transmettre de façon équilibrée.

Des arguments brefs mais percutants furent apportés quant à la validité des doctrines du Monothéisme et de l’Au-delà. Une critique fut faite du credo des associateurs démontrant l’absurdité de leurs croyances. Ils furent informés des conséquences désastreuses de leurs déviations, comparées aux fruits splendides de la foi et des actes justes. Puis, dans une même continuité, des précédents historiques furent rappelés pour montrer comment Allâh — Exalté et Glorifié soit-Il — avait traité Ses Prophètes et leurs disciples : comment Il avait comblé ses fidèles serviteurs et puni leurs détracteurs et contradicteurs.

Le plus instructif des récits historiques présentés dans cette sourate est l’événement important de la vie pieuse du Prophète Abraham, qui fût prêt à sacrifier son fils unique dés qu’il reçut l’inspiration de Dieu lui intimant de le faire. En cela, il y avait une leçon non seulement pour les Quraysh mécréants, qui s’infatuaient de leurs liens de sang avec Abraham, mais aussi pour les Musulmans qui avaient cru en Allâh et en Son Messager. En relatant cet événement, on leur indiqua le véritable esprit et l’essence même de l’Islam et comment un véritable croyant devait être : prêt à tout sacrifier pour la satisfaction et l’agrément de Dieu, une fois qu’il adopte le Message comme Foi et Crédo.

Les derniers versets de la Sourate furent non seulement un avertissement pour les mécréants, mais aussi une bonne nouvelle pour les disciples qui passaient par des situations extrêmement défavorables et décourageantes, du fait de leur soutien au Prophète — paix et bénédictions sur lui — et de leur adhésion au Message. Dans ces versets, de bonnes nouvelles furent annoncées aux croyants : ils ne devaient pas être découragés par les privations et les difficultés qu’ils auraient à rencontrer au début de la Mission car, à la fin, ils auraient la suprématie tandis que les arrogants colporteurs de mensonges, qui semblaient invincibles à l’époque, seraient écrasés et vaincus par leurs propres mains. Quelques années plus tard, la tournure prise par les événements prouva qu’il ne s’agissait pas d’une consolation creuse, mais bien d’une réalité inéluctable dont ils avaient été prévenus afin de renforcer leurs cœurs.

Partager cet article

MS XibniY : LE BLOG DE MOHAMED SALEH IBNI OUMAR - dans MATHEMATIQUES DU CORAN
commenter cet article

commentaires

  • : Les Mathématiques Tchadiennes
  • Les Mathématiques Tchadiennes
  • : Blog dédié à l'Histoire, à la Beauté et à l'Enseignement des Mathématiques. Contact: ioms001@yahoo.fr
  • Contact


PLAQUEIBNI.jpg

"Le Professeur Ibni est un mathématicien tchadien de renom, Ancien Directeur du CNAR (CNRS tchadien), Ancien Recteur et Ancien Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, il avait initié plusieurs jumelages avec des Universités Etrangères, au service de l’enseignement des sciences dans son pays et en Afrique plus généralement"

PRIXIBNI.jpg
Candidature au Prix Ibni