Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:43

 

                

Sur le plateau de Bfm Business, il articule pour mieux faire comprendre ses explications et sa maîtrise de la Bourse. Dans un milieu réputé très fermé, c’est presque une erreur de statistique d’y retrouver un étudiant sénégalais parmi les meilleurs. Modou Ndiaye est arrivé en France en fin 2006 pour poursuivre des études éloignées du secteur de la Bourse.

 
Sous les focus et lampions des plateaux de la télévision française, Modou manie sérieux, dans ses explications et les chiffres donnés, et une légèreté qui en ferait presque un vieux briscard cathodique. Pour les membres et sympathisants de l’Association sénégalaise des étudiants de Rouen (Aser) qui le connaissent, la bonhommie, le manque de tract mais aussi l’ambitieux et travailleur Modou Ndiaye ne sont pas une découverte. Capable de s’élancer aisément sur une piste de danse lors des mémorables « Yendu » organisés par les étudiants sénégalais pour combler la nostalgie et se rappeler des bons souvenir du pays au moment des fêtes de Tabaski ou de Korité, il est connu aussi pour ses accélérations en slalomant balle aux pieds entre tacles et poussettes, au cœur de la défense adverse, lors des matchs « Grands contre Petits » où les plus « vieux » étudiants sénégalais tentaient de tenir la dragée haute et de résister à la fougue – parfois – et au talent des jeunes fraichement débarqués en Haute-Normandie. Loin de cet univers, Modou Ndiaye reste concentré sur l’essentiel : les Talents du trading.

L’axe Lambaye-Guédiawaye-Rouen

 
Lors d’une compétition qui, du 15 avril au 28 juin 2013, regroupait 2.100 traders qui se sont affrontés d’abord durant une phase de présélection que le jeune étudiant sénégalais a eu la chance, mais surtout le talent de faire partie des 20 meilleurs candidats sélectionnés. Par la suite, il a gravi un échelon supplémentaire en étant parmi les 10 meilleurs traders qui se sont retrouvés devant le jury d’experts chargé de les départager. Le questionnement sur cette réussite accompagnée d’une rapide capacité d’adaptation est légitime, surtout pour quelqu’un qui n’a pas fait d’études supérieures en Bourse. La réponse est à chercher, dans un premier temps, dans son passé et son éducation. « Ma mentalité d’enfant de Lambaye, dans le Baol, et celle de « Boy Guédiawaye » me rend à l’évidence que je dois réussir dans n’importe quel endroit du monde. En arrivant à Rouen, je m’étais fixé comme objectif une rapide adaptation et je pense avoir réussi cette importante étape dans l’intégration », dit-il. S’appuyant sur ce substrat, résultat d’un solide mélange entre l’inné et l’acquis, Modou Ndiaye a bataillé sans relâche pendant 10 semaines de compétition sur différentes épreuves comme les actions, les obligations, les devises, les matières premières en bourse.  
Sur ce langage technique et ce vocabulaire flou pour tout non initié au Trading ou à la Bourse, l’étudiant sénégalais tente une définition : « La Bourse a pour mission le financement de la croissance, par une augmentation de capital, en créant de nouvelles actions vendues aux investisseurs. Ce qui procure de l'argent à une société, une entreprise pour investir ». Un regard qui se pose également sur Trading : « Ce sont des opérations d’achats et de ventes sur différents types d’actifs pour de très courtes durées ayant pour finalité la réalisation d’un profit. Ces opérations de Trading ont le plus souvent un caractère spéculatif. Elles sont le fait d’un opérateur appelé trader qui les négocie à partir de la salle des marchés d’une institution financière ». C’est sur cette base que repose la compétition : les talents du trading.
Domicilié à Rouen, le jeune homme poursuit la compétition à Paris sans se laisser distraire par les tracas communs à beaucoup d’étudiants sénégalais en France : les soucis d’argent pour vivre et payer son logement universitaire, la course aux résultats universitaires dont dépendent l’hypothétique titre de séjour de l’année suivante mais surtout la solitude familiale malgré l’entourage indéfectible d’un autre cocon : celui des amis et compagnons de galère. « Mes amis de l’Aser m’ont apporté le partage et la fraternité », aime-t-il rappeler. C’est d’une importance capitale pour quelqu’un qui met la famille et surtout sa mère au-dessus de tout. « Elle m’a inculqué la dignité comme valeur non négociable. Mon père, immigré lui aussi, m'a donné le plus beau cadeau que l’on puisse faire à son fils : il m’a trouvé une mère formidable ».

Découverte de la Bourse
Inscrit en Mathématiques et en Finance de marché, le jeune homme est tombé par la suite fol amoureux du Trading et de la Bourse. Découvrant ce milieu, comme une « terre promise », le mystère de la discipline a agi sur lui comme une « beauté qui le foudroie en plein cœur » pour utiliser la métaphore senghorienne, à tel point qu’il a changé son univers. Ainsi le nouvel amoureux a tout quitté pour les beaux yeux de sa belle aimée. « J’ai transformé mon logement universitaire en véritable salle de Marché. Il y avait des écrans partout, des graphiques, des livres sur la Bourse, des journaux financiers et Bfm Business (la chaine française spécialisée) 15 h par jour. C’était un challenge et je suis fier de la volonté que j’ai eu de prendre mon avenir en mains en faisant ce que j’aime le plus ».
Amoureux mais pas aveugle, Modou connaît la mauvaise réputation de sa dulcinée : « Comme chaque métier, le Trading a un bon et un mauvais côté », renchérit-il avec aplomb. Le jeune homme est fort d’une seconde conscience : « c’est un secteur qui peut participer au développement du Sénégal. Il peut nous permettre d’attirer des capitaux du monde entier, d’avoir une place financière reconnue, des courtiers en ligne, de créer des emplois, de la valeur ajoutée. Mais aussi, la Bourse permet aux jeunes d’apprendre le Trading, la gestion des risques, le money management, la gestion d’actifs, la gestion de portefeuille, l’analyse technique, etc.… ». Presqu’en fin d’études en Mathématiques et en Finance de marché, Modou Ndiaye compte mettre en place un fonds d’investissement et travailler avec des clients qui souhaitent investir en Bourse. Son ambition est aussi de transmettre le virus du Trading aux jeunes sénégalais désireux de se former dans ce secteur. « Je souhaite apporter mon expérience et mes compétences sur le Trading, la Bourse, l’analyse technique et le chartisme dans des écoles de commerce au Sénégal pour permettre aux étudiants sénégalais de mieux connaitre la Bourse », avance-t-il. Conscient qu’avec internet tout le monde peut investir en bourse, le jeune homme conseille de la nécessite d’une formation solide avant d’aller sur les marchés. « Le monde de la Finance attire quelques cerveaux des plus brillants de la planète. Il faut donc se former sérieusement, sinon vous n’avez aucune chance de réussir dans ce domaine, », conseille celui qui a fini 6è sur les 2.100 personnes ayant participé à la compétition des Talents du trading.                                    

Par notre corresponadant Moussa DIOP

Partager cet article

MS XibniY : LE BLOG DE MOHAMED SALEH IBNI OUMAR - dans OEIL SUR LES MATHEMATIQUES
commenter cet article

commentaires

  • : XibniY : BLOG DE MOHAMED SALEH IBNI OUMAR
  • XibniY : BLOG DE MOHAMED SALEH IBNI OUMAR
  • : Blog dédié à l'Histoire, à la Beauté et à l'Enseignement des Mathématiques. Contact: ioms001@yahoo.fr
  • Contact


PLAQUEIBNI.jpg

"Le Professeur Ibni est un mathématicien tchadien de renom, Ancien Directeur du CNAR (CNRS tchadien), Ancien Recteur et Ancien Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, il avait initié plusieurs jumelages avec des Universités Etrangères, au service de l’enseignement des sciences dans son pays et en Afrique plus généralement"

PRIXIBNI.jpg
Candidature au Prix Ibni