12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 16:09


Lettres écrites en prison, notes griffonnées au fil des jours, bribes de conversations: dans un ouvrage à paraître la semaine du 11 octobre, Nelson Mandela se livre, intime, dévoilant ses enthousiasmes, ses hésitations, l'immense douleur que fut l'incarcération loin des siens.

Textes rédigés il y a de nombreuses années par "Madiba" - aujourd'hui âgé de 92 ans et très affaibli - ces Conversations avec moi-même (1) donnent du grain et de la texture à l'image de cette figure centrale du XXe siècle, devenue icône mondiale de la réconciliation.

Préfacé par Barack Obama qui salue une vie "aux antipodes du cynisme et du fatalisme qui affligent si souvent notre monde", le livre sort mardi 12 octobre dans de nombreux pays, jeudi 14 octobre en France.

Son amour fou pour Winnie (sa deuxième épouse), le foisonnement des années 50 à Johannesburg, les trois décennies derrière les barreaux, les années de transition et, de 1994 à 1999, celles à la tête d'un pays sortant d'un demi-siècle d'apartheid : le livre balaie les différents moments de sa vie.

Curiosité du monde et soif de rencontre

Cet ensemble de lettres, carnets intimes, entretiens - sélectionnés par d'autres que lui mais non retouchés - offre un éclairage étonnant sur l'une des périodes moins connues : celle qui précède ses vingt-sept années d'incarcération (1962-1989).

Devenu l'un des personnages centraux du Congrès national africain (ANC), Mandela a alors une vie sociale dense et riche, se lie d'amitié avec nombre d'activistes anti-apartheid blancs, à l'image de Ruth First, - "une fille fantastique" - qui fut tuée en 1982 au Mozambique par un colis piégé.

L'évocation de son voyage à Londres en 1962, - "c'était très excitant de se retrouver en Angleterre, dans la capitale de ce qui fut autrefois le puissant Empire britannique", donne une idée de la curiosité du monde et de la soif de rencontre qui l'anime.

Sa passion pour Winnie Madikizela, "courageuse et déterminée, qui aime son peuple de tout son coeur", avec qui il se marie en 1958 (il sera envoyé en prison quatre ans plus tard), traverse le livre.

En décembre 1979, dans une lettre à sa fille, Zindzi, qui sera confisquée, il écrit : "Maman était superbe à l'époque, elle rayonnait (...) Pendant plus de deux ans, elle et moi avons vécu une lune de miel au vrai sens de terme".

Les courriers évoquant la douleur de ne plus la voir - et de savoir qu'elle est harcelée par les forces du régime ségrégationniste - sont tout aussi intenses.

Lettre à Winnie

"Quel épouvantable moment nous vivons!", écrit-il, dans une lettre à Winnie datée du 1er août 1970. "J'ai l'impression que toutes les parties de mon corps, chair, sang, os et âme ne sont plus que de la bile, tant mon impuissance absolue à te venir en aide dans les moments terribles que tu traverses me rend amer".

Même poussé par les éditeurs, il refuse en revanche de s'apesantir sur leur séparation, peu après sa libération. Ses lettres depuis le pénitencier de Robben Island, au large du Cap, où il a passé 18 de ses 27 années d'incarcération, racontent, au-delà du combat politique, les souffrances d'un prisonnier.

Dans une lettre à un ami, il décrit l'importance des visites qui viennent briser "une monotonie frustrante" avec, chaque jour, les "mêmes visages, mêmes dialogues, mêmes odeurs, mêmes murs s'élevant vers le ciel".

Rectifier une "fausse image"

L'autocritique est présente aussi comme lorsque le prix Nobel de la paix 1993 avoue, dans une missive, être horrifié par la "pédanterie", l'"artificialité' et le "manque d'originalité" de certains de ses premiers écrits ou discours.

Au fil de ces archives personnelles transparaît le souci de rectifier "une fausse image" qu'il devient vite conscient d'avoir "sans le vouloir" projetée dans le monde : celle d'un saint. "Je ne l'ai jamais été, même si l'on se réfère à la définition terre à terre selon laquelle un saint est un pécheur qui essaie de s'améliorer".

Avec AFP

(1) Nelson Mandela, Conversations avec moi-même : Editions La Martinière, 484 p., 23 €.

Photo : Edition française du livre de Nelson Mandela, Conversations avec moi-même. (Joël Saget/AFP).

Partager cet article

commentaires

  • : Les Mathématiques Tchadiennes
  • Les Mathématiques Tchadiennes
  • : Blog dédié à l'Histoire, à la Beauté et à l'Enseignement des Mathématiques. Contact: ioms001@yahoo.fr
  • Contact


PLAQUEIBNI.jpg

"Le Professeur Ibni est un mathématicien tchadien de renom, Ancien Directeur du CNAR (CNRS tchadien), Ancien Recteur et Ancien Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, il avait initié plusieurs jumelages avec des Universités Etrangères, au service de l’enseignement des sciences dans son pays et en Afrique plus généralement"

PRIXIBNI.jpg
Candidature au Prix Ibni