Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 12:03

MS_M.Issoufou.jpgMahamadou Issoufou est un homme politique nigérien d'ethnie Haoussa né en 1952 à Dandadji dans la région de Tahoua au centre-ouest du Niger. Il est reconnu humble, brave et honnête, on lui attribue le sobriquet « Zaki » ou le lion en langue haoussa.

Ingénieur des mines, il fût Directeur National des Mines au Ministère des Mines et de l'énergie de 1980 à 1985, puis Directeur d'exploitation de la mine d'Arlit ensuite Secrétaire Général de la Société des Mines de l'Air (SOMAIR), jusqu'en 1991, avant de démissionner et d'entamer une brillante carrière politique.

 

A la faveur des mouvements démocratiques des années 90, il crée, avec plusieurs de ses anciens compagnons des mouvements estudiantins, notamment de lycée, le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Taraya), d’obédience socialiste. Il a depuis lors développé un grand relationnel, des amitiés à l’étranger aussi bien en Afrique, dans la sous région  qu’en Europe. Grâce à l’entrer de son mouvement dans l’international socialiste, il devint proche du PS français. Il compte dans ses amis aussi bien des hommes d’affaires, des politiques, des chefs d’état en exercice que des opposants. Dans son carnet d’adresse bien garni on peut y trouver des noms qui nous sont guères étrangers. On peut citer entre autre celui de: Frundi, de Tanor, de Niasse, du défunt Pr.Ibni, de Gbagbo, de Bénéwendé, de Ouédraogo, de IBY, de Ould Daddah, de Labertit...


Il est responsable du principale parti d'opposition: Président du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme en abrégé PNDS-Taraya, parti du peuple composé d'intellectuels qui se veut une force de progrès. Il est secondé par Bazoum Mohamed ancien ministre des Affaires étrangères et Vice-président de l'Assemblée et Foumakoye Gado Secrétaire Général et 3ème personnalité, un brillant professeur de Mathématiques à l'Université Abdou-Moumouni.


Il a pris part à toutes les élections présidentielles organisées au Niger depuis l’avènement de la démocratie pluraliste au sortir de la conférence nationale souveraine de 1992. Face aux fraudes massives qu'il y a eut, il est arrivé troisième après Tandja et Mahamane Ousmane aux élections de 1992, son parti a créé, avec la CDS et l’ANDP de l'illustre défunt Moumouni Djermakoye un regroupement dénommé alliance des forces du changement ayant permis l’élection au second tour des élections de Mahamane Ousmane face à Mamadou Tandja.


Nommé Premier Ministre-Chef du gouvernement entre 1993 à 1994 très vite des dissensions apparaissent et l’alliance vole en éclats à la suite de sa démission en 1995.

De nouvelles élections législatives anticipées le ramènent au poste de président de l’Assemblée Nationale de 1995 jusqu’en janvier 1996 avec l’irruption sur la scène politique des militaires conduits par le putschiste Barré.


Avec l’élection de Tandja qui le bat au deuxième tour des élections présidentielles en 1999, il rentre dans l’opposition et occupe un poste de député jusqu'à la dissolution par le président Tandja de l’assemblée nationale en 2009.

Il a rejeté la constitution qui a permis au président Mamadou Tandja de rester au pouvoir et combattu avec brio "la dictature" que le chef de l'État voulait instaurer dans le pays. Il déclara entre temps à la presse: "Nous allons continuer à défendre la Constitution du 9 août 1999 parce que le peuple nigérien en a manifesté son attachement en rejetant la nouvelle que lui a proposée le président Tandja", "Nous allons combattre et résister contre ce coup d'État consommé par le président Tandja et contre ses intentions d'instaurer une dictature dans notre pays"un des responsables de la Coordination des forces démocratiques de la république (CFDR). Il a réussi "la journée pays mort", lui qui dirige le FDD, constitué de partis politiques, d'ONG et de syndicats et un des trois fronts qui combattent le projet de référendum.


Depuis l’annonce par le président Tandja de son intention de rester au pouvoir, le clivage s’est renforcé entre les protagonistes politiques au Niger. Mahamadou Issoufou préside le front pour la restauration de la démocratie qui regroupe les forces démocratiques et les centrales syndicales nigériennes en lutte contre le plan « Tazartche » du président Tandja. Avec ce plan, un référendum a été organisé par le gouvernement et boycotté par l’opposition pour l’adoption d'une constitution instaurant une troisième république. Il a demandé aux forces de l'ordre de ne plus obéir aux ordres du président Mamadou Tandja" et il se trouve, pour le malheur de Tandja, que le président du PNDS/TARAYA, le chef de file de l'opposition nigérienne et farouche opposant au tazartché (continuitéen Haoussa), Mamadou Issouffou membre du conseil de la République à justement annuler le décret du président convoquant le référendum.

 

La presse étrangère pense qu'il existerait deux enfants terribles de la politique nigérienne, le duo Issoufou\Hama, l'Ex-PM qui a créer son propre parti, le MODEN qui, à ce qu'on dit, a chiffonné de sa substance le MNSD/NASARA, le parti présidentiel. Et que sur la scène politique nigérienne, le MODEN et le PNDS/TARAYA devraient normalement se partager les suffrages des Nigériens aux prochaines élections, mais Issoufou qui n'est pas un opposant de la 25 ème heure à une longueur d'avance sur son principal concurrent.Beaucoup sont convaincus que son ouverture d'esprit, ses bons rapports les milieux religieux de la sous région et étant lui ingénieur issu du milieu de l'énergie, c'est le seul capable de dénouer la crise (AREVA, AQMI) qui sévit dans cette bande saharienne et subsaharienne.


www.nigerenligne.com 

Partager cet article

commentaires

  • : XibniY : BLOG DE MOHAMED SALEH IBNI OUMAR
  • XibniY : BLOG DE MOHAMED SALEH IBNI OUMAR
  • : Blog dédié à l'Histoire, à la Beauté et à l'Enseignement des Mathématiques. Contact: ioms001@yahoo.fr
  • Contact


PLAQUEIBNI.jpg

"Le Professeur Ibni est un mathématicien tchadien de renom, Ancien Directeur du CNAR (CNRS tchadien), Ancien Recteur et Ancien Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, il avait initié plusieurs jumelages avec des Universités Etrangères, au service de l’enseignement des sciences dans son pays et en Afrique plus généralement"

PRIXIBNI.jpg
Candidature au Prix Ibni